Projets à Sageterre

Ancrée dans son milieu depuis 2004, la ferme Sageterre est devenue une Fiducie d’Utilité Sociale Agricole en 2019, ce qui signifie qu’elle n’est la propriété de personne, mais appartient à perpétuité à une mission écologique d’Utilité Sociale Agricole.

Elle est organisée en collectif de projets regroupés, coordonnés non pas en coopérative de producteurs mais en Organisme à But Non Lucratif (OBNL), car bien au-delà de la production agricole, chaque projet a une visée de transformation sociale en vue de contribuer à la naissance d’une culture écologiquement responsable.

Située dans la beauté de l’estuaire du Saint-Laurent sur la route 132 (le 2456) entre Bic et Rimouski, nous partageons 30 hectares de belle terre, de marais et de forêts.

Nous sommes à la recherche de projets qui pourraient agrandir notre groupe. Ce peut être des projets agricoles (maraîcher, verger, forêt nourricière…), des projets éducatifs ou sociaux visant l’écologie humaine ou la conscientisation à l’écologie.

Une fois le projet accepté, nous signons des baux à long terme selon la nature du projet. Le projet peut ainsi être pérennisé parce que la ferme est maintenant insaisissable à perpétuité et consacrée à sa mission sans pouvoir en être détournée.

Nous sommes aussi à la recherche de personnes qui voudraient parrainer un de nos milieux sensibles. Nous avons cinq milieux sensibles : un pan de montagne donnant sur une falaise qui surplombe le bord de mer, une petite forêt qui protège une partie de la rivière Hâtée de l’érosion, une petite forêt qui longe le chemin de fer et deux petits marais. Il s’agit de nous aider à protéger ces milieux sensibles en versant une contribution à chaque année, ce qui fait de la marraine ou du parrain un membre ami de la ferme.

Pour plus d’informations communiquez avec Marie-Hélène Langlais tel : 418-736-5859 ou mariehelenelanglais@outlook.fr

Photo aérienne de la ferme (basse résolution) 

Voici les projets actuellement actifs :

  1. Espèces d’épices, responsable Tony. Le but du projet est de mettre à disposition des épices produites localement sous tunnels, selon un mode respectueux de l’environnement.
  2. Les grands potagers De la dérive, Gabriel, Charles-Antoine, Alexandre, en corporation à but non lucratif, développent un grand jardin potager qui vise à vendre à un prix accessible à tout le monde des légumes cultivés naturellement.
  3. Égo-Eco, responsable Isabelle. Égo/Éco offre des moments pour prendre du recul et s’inspirer en plein cœur de la nature. Des ateliers et des séjours arrimant mode de vie écologique, agriculture écologique et création artistique pour explorer notre connexion à la nature, se donner un élan et clarifier le rôle qu’on veut jouer dans le développement d’une société durable.
  4. Le jardin de la Rivière Hâtée, responsable Sabrina. Un jardin essentiellement pour l’autosuffisance. Mais attention, ce jardin est beau, bien soigné, et étonnamment productif.
  5. Serre et Jardin de l’infirmière, responsable Karine, une petite serre récupérée d’un dur hiver, de jolis petits coins de culture pour agrémenter les cuisines collectives, et surtout un service partout à Sageterre pour aider, embellir, soigner les bobos et conseiller sur la santé.
  6. Le Jardin des Confidences, responsable Magali et Boban. Un jardin et une serre d’été essentiellement pour l’autosuffisance et les petits fruits, en mettant l’accent sur les tomates et des transformations culinaires pour soi et les siens. Il s’y dégage une intimité qui soigne le cœur autant que le corps.
  7. Kiwi et compagnie, responsable Claire. Kiwi & Cie est un projet-plantule (un nouveau-né) agricole. Ancré dans la « parcelle du nord » à Sageterre, il aura à terme plusieurs vocations qui se dessinent petit à petit. L’essentiel étant les bonnes choses, les choses goûteuses, les belles choses, et les choses qui sentent bon. Un lieu de cultures, un lieu de plaisir le long du chemin.
  8. Le verger d’Ariane : Verger de pommiers et de poiriers autour d’un potager.
  9. Les jardins de Marie-Hélène, Jean et leur jument Katmae, des jardins d’autosuffisance et du foin.
  10. Le Refuge, poulailler de Marie-Hélène, une vingtaine de poules pondeuses pour l’autosuffisance et pour vendre les surplus.
  11. Les petits cochons, une association de quelques personnes qui engraissent pour eux-mêmes des cochons.

Projet en chantier

  • La forêt nourricière de Maxime. Sa mission: Inspirer, propager et partager des écosystèmes nourriciers ayant un impact positif sur l’écologique pour plusieurs générations. La parcelle sera consacrée à la production agroalimentaire et à la conservation dans une approche de permaculture avec un rôle éducatif.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s