Protéger la terre qui nous nourrit, l’éthique relationnelle à Sageterre

Dans toute organisation humaine, les relations interpersonnelles forment le défi le plus déterminant. Avant de se lancer dans l’élaboration d’un code d’éthique, il est préférable de bien réfléchir aux enjeux et aux principes susceptibles de nous orienter.

La difficulté repose sur deux caractéristiques proprement humaines : la perception construite et l’égocentrisme.

Photo Éthique relationnelle

La perception construite

L’être humain a quelque chose de particulier, il imagine le monde autant qu’il le voit. Par exemple, il peut imaginer un outil avant qu’il existe. Il peut imaginer le monde autrement et ensuite chercher à le transformer. C’est sa force, c’est sa faiblesse, car chacun imaginera le monde à sa façon, et son monde imaginé lui apparaîtra « évident » pour tout le monde. Il y aura donc autant de visions du monde qu’il y a de personnes. Pendant ce temps-là, la réalité reste la même. Cette réalité n’est justement pas imaginaire, elle nous impacte directement, nous dépendons d’elle, sa santé sera notre santé…

En somme, nous vivons dans une réalité commune, mais nous ne pouvons la rejoindre que par notre imaginaire particulier. Garder à l’esprit la différence entre notre vision du monde, celle des autres et la réalité est sans doute la première condition pour que les relations humaines restent accrochées au réel : le territoire qui nous réunit.La science peut nous aider, mais aussi la conscience de notre ignorance et de nos limites. Le pire est de se percevoir en « état de vérité », comme si nous étions au-dessus du réel et des autres, en mesure de les juger.

L’égocentrisme

L’autre grande difficulté vient de notre grand besoin de « valoir quelque chose » à nos yeux et aux yeux des autres. Sans ce sentiment, l’être humain se sent si misérable qu’il en perd le goût de vivre. Nous avons besoin d’être reconnus. Nous voudrions que notre entourage fasse le lien que c’est moi qui suis à l’origine de ceci ou de cela. Dans notre culture, la valorisation d’un « nous », surtout si c’est un « nous ouvert » est beaucoup moins motivante. « Nous avons réalisé… » a du sens à condition que notre nom, notre photo et notre rôle soient bien identifiées.

Or le « nous » s’est formé autour d’une mission, d’un projet qui nous a chacun emballés. Pour avancer, il faut se rappeler l’intention qui nous unit car elle peut disparaître dans la lutte pour la reconnaissance des « egos ».

Lorsque notre bulle imaginaire de perception est un peu trop remplie de notre égocentrisme, nous nous sentons en « état de vérité », et les relations humaines ne peuvent plus fonctionner correctement, nous nous heurtons plutôt que nous avançons. En somme, les relations humaines sont constamment menacées par le fait que la perception peut facilement remplacer la réalité, et l’ « ego » remplacer l’intention commune.

Le but d’une éthique des relations humaines dans une communauté d’intention consiste à cultiver un climat de confiancede façon à favoriser le développement de chacun, le développement de chaque projet et le développement de l’ensemble sans perdre de vue la mission.

Cela devrait se traduire entre autres par :

  • l’ambiance joyeuse, légère, tolérante des rencontres et des communications, ce qui est compatible avec une franchise non violente;
  • notre capacité à nous diriger vers la mission de la ferme et vers la réussite des projets;
  • le caractère « organique » du développement de la ferme et ses projets;
  • les bénéfices humains et matériels de notre collaboration et de nos projets;
  • notre capacité d’ouverture et de communication avec le voisinage qui nous entoure et la communauté dans laquelle nous sommes;
  • l’approfondissement de « l’esprit » propre à une mission comme la nôtre qui vise l’écologie dans toutes ses dimensions.

Lorsque la confiance est là, on s’exprime plus librement parce qu’on ne craint pas :

  • que nos paroles soient réinterprétées et ensuite retournées contre nous, au contraire, on s’attend à des questions qui nous aideront à avancer;
  • que si une parole est gauche ou inappropriée, elle ne suscite pas un cercle vicieux de ressentiments, au contraire, la personne visée parlera honnêtement de ses sentiments sans prêter à l’autre des intentions mauvaises;
  • de recevoir des accusations (cependant, on reste capable de recevoir une critique positive)…

La confiance se bâtit sur :

  • Le respect et même l’affection des uns et des autres;
  • L’honnêteté sans brutalité;
  • Le fait que les actes seront, le plus possible, cohérents avec les paroles;
  • Une tolérance qui ne reste pas passive devant l’intolérable;
  • Un refus de la violence par l’expression non violente de nos désaccords;
  • Une bonne capacité de réconciliation toutes les fois que c’est possible;
  • Une ténacité positive permet de persister malgré les difficultés relationnelles.

Un groupe efficace est capable de s’orienter et de décider. Cela lui permet d’atteindre des buts sans perdre de vue les personnes, de réaliser des avancées humaines et matérielles sans perdre de vue l’ensemble des besoins humains et des besoins écologiques du milieu.

Cela suppose :

  • Être capables de réfléchir collectivement sur tous les intrants et les aboutissants avant de prendre une décision;
  • Être capables de matérialiser les décisions par une solide cohérence des actions;
  • Être capables d’assumer toutes les responsabilités par une bonne répartition des rôles;
  • Être capables de reconnaître les zones de responsabilité de chacun et de les respecter;
  • D’assumer chacun nos responsabilités propres tout en étant aptes à percevoir les responsabilités des autres, et aussi celles de l’ensemble;
  • Être capables d’évaluer les résultats humains, écologiques, et aussi les bénéfices concrets des actions.

Comment envisager le caractère organique du développement de Sageterre et de ses projets? Le caractère organique d’une organisation collective se remarque parce que :

  • Les relations sont bouclées, elles ne restent pas suspendues sur des frustrations, des non-dits, des questions non répondues, etc. ;
  • Les relations ne sont jamais désincarnées, les systèmes relationnels ne sont jamais fermés, mais toujours perçus dans un environnement plus large où le milieu biologique et physique est concerné, ainsi que le milieu social;
  • La notion de « totalité » est toujours présente (le tout n’est pas seulement la somme des parties et de leurs relations);
  • La solidarité et l’entraide entre les personnes se font naturellement.

Pour ne pas perdre de vue les avancées humaines et matérielles de notre collaboration, il est bon de :

  • Fêter ce que nous sommes, ce que nous nous apportons les uns aux autres;
  • Évaluer les acquis avant d’envisager les gains recherchés;
  • Regarder les résultats dans toutes leurs dimensions (écologique, humaine, économique…);
  • Évaluer le positif avant d’évaluer le négatif;
  • Ne pas personnaliser ce qui ne va pas;
  • Faire preuve de reconnaissance…

Notre groupe d’intention n’existe pas seul et la fermeture sur soi n’est jamais bonne même à plusieurs. Les gens autour de nous devraient se sentir bienvenus chez nous (tout en respectant certaines règles nécessaires au bon voisinage). Ils devraient être nombreux à s’intéresser à ce que nous faisons. Pour réaliser cela, nous devrions :

  • Être à l’écoute de ce que l’on dit et corriger les fausses rumeurs ou informations;
  • Donner de l’information en utilisant une grande variété de médias;
  • Inviter les gens à certaines de nos activités…

La musique, la danse, le dessin, les expressions artistiques spontanées et les échanges philosophiques sont sans doute le meilleur véhicule pour entretenir et développer « l’esprit » qui nous anime ensemble, celui qui nous a amenés autour d’une intention et d’une action communes.

  • Ajouter une petite touche originale et artistique à nos projets et à la manière de les faire connaître;
  • Faire connaître nos motivations profondes, ce qui nous fait vibrer dans nos projets et dans nos réalisations;
  • Ne pas craindre d’exprimer la « philosophie » qui nous anime…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s