Affronter le cancer en pleine santé… intérieure: Introduction

J’ai manqué de fidélité à mon blog pour trois raisons : deux opérations en moins d’un an pour des tumeurs cancéreuses heureusement très localisées et donc opérables, mais qui signalent un risque de rechute élevé; deux gros manuscrits à terminer avec l’impression que le temps pourrait me manquer; la nécessité d’accélérer la transformation du statut légal de notre ferme écologique Sageterre pour qu’elle devienne une fiducie d’utilité sociale agricole.

En cette période du temps des fêtes, je sens l’utilité de réfléchir avec simplicité sur notre travail consistant à nous réaliser en utilisant tous les événements de notre vie, bons comme moins bons.

DSC00356

Développer une identité humaine à même les circonstances de nos existences me paraît la finalité à ne jamais lâcher. J’aimerais en discuter au gré des semaines à venir. Je crains qu’il n’y ait pas d’autres solidarités que ce partage : se parler franchement de nos combats, de nos ripostes, et de la valeur intrinsèque de nos vies humaines que nous arrachons aux déterminismes de la vie physique, biologique, sociale, économique.

Mon cas n’est pas particulier, une personne sur deux reçoit un diagnostic de cancer une fois dans sa vie, le cancer cause plus de 30% des décès au Canada. Comment un être humain peut-il se développer avec cette maladie, avec les réactions médicales et sociales liées à cette maladie, avec tout le reste de sa vie qui n’est surtout pas la maladie ? Ces questions et bien d’autres ne sont pas sans objet. D’ailleurs, si ce n’est pas le cancer, ce sera autre chose, il arrive toujours des événements pour troubler l’idée que l’on se fait de l’avenir.

Devenir humain dans une histoire de menaces et d’occasions comme un arbre devient un arbre dans le sol et l’environnement qui lui sont donnés, en sortir grandi plutôt que rabaissé, acquérir de la valeur humaine, se préparer à donner notre héritage expérientiel, nous en sommes tous là quelle que soit l’idée que nous nous faisons des échéances. J’ai avec moi un idéal assez simple et qui m’est très cher : ma mère s’est affinée en humanité durant les années très difficiles où elle a vécu avec le cancer dans les années 68. Elle a trouvé, je crois, un chemin entre le combat acharné et la résignation par capitulation. Avec tous les matériaux qui lui étaient donnés, elle a terminé les derniers étages de son existence et produit son fruit de joie, de confiance et d’espérance. J’avais 18 ans lorsque j’ai reçu ce legs, et sans lui, ma vie aurait manqué d’un certain éclairage, d’une certaine lumière qui m’illumine encore aujourd’hui. Ce n’était pas un exploit, c’était l’ordinaire de la vie humaine. Il ne s’agit surtout pas de devenir un maître en souffrance, un entêté en courage, une pierre stoïque, au contraire, c’est avec toute notre vulnérabilité, nos peurs, nos angoisses que nous devenons humains, que nous gagnons en dignité. Pour l’être humain, il ne s’agit ni de vaincre le cancer ni d’être vaincu par lui, ni de transcender le malheur ni d’être à sa merci. Il s’agit de devenir tout ce que l’on peut être en vérité, en lucidité, en sincérité, en honnêteté, sans lâcher notre fil de confiance qui nous permet de placer un pied devant l’autre sur le fil du temps. Si l’on ne donne pas cela à nos enfants et à nos petits-enfants, à la jeunesse qui nous entoure, qu’est-ce qu’on leur donne ?

Publicités

10 réflexions sur “Affronter le cancer en pleine santé… intérieure: Introduction

  1. Un cadeau , en çe Jour du 5 janvier 2019,,,,,,que de découvrir votre texte, .
    Mon combat personnel est inscrit dans celui que vous n’avez pas à livrer.
    L’ idéal laissé par la mère , en çe qui est le mien,fut totalement autre.
    Le mien ã donc été cré de toute pièce à la lumière des « occasions » » de Lâ Vie.
    Merci , de nous revenir; comme L’Étoile, en cematin de neige.

    Aimé par 1 personne

  2. Monsieur Bédard, votre profonde réflexion va à l’essentiel. Et je suivrai la lecture de aléas de votre cheminement avec émotion et assiduité! Celle-ci m’éclairera sur la qualité du leg à transmettre à nos enfants et petits-enfants! Merci d’être là! Rina Gagnon

    Rina Gagnon

    ________________________________

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour Jean Vous restez très présents dans nos pensées Marie Hélène et toi et rêvons de retrouvailles avec vous deux et Sage Terre. Que cette « certaine lumière » continue à guider tes pas et à rendre tes paroles lumineuses, pour tous. Un nouveau RDV à prévoir donc?

    Aimé par 1 personne

  4. Bonjour,
    Après lecture, je suis « pensive ». Le cancer m’attriste et me questionne aussi. Pourquoi se sent-on coupable et se sent-on juger d’être malade?
    Le regard des autres est fort……..et je crois qu’il est aussi faux!
    Une amie a livré bataille avec ce même genre de cancer. La bête a pogné quelqu’un sain de corp et d’esprit, bref plus que moi!
    Mais pourquoi……… Elle a souffert…….. Elle s’en est sortie avec des petites séquelles, elle est contente d’être vivante et je suis aussi très contente qu’elle le soit.
    Elle a eu le courage, chose que je n’aurais pas je crois.
    La science, la médecine est en état de crise. On soigne sans trop savoir, ce qui fait grimper les risques.
    La bête devrait être attrapée avant qu’elle torture et j’espère qu’elle vous laissera tranquil car vous ne mérité pas la torture.
    Sur ce…..
    Mes plus grandes salutations

    Christiane

    Aimé par 1 personne

  5. Bonsoir M. Bédard,
    Je vous suis sur votre blog depuis quelques années avec intérêt car souvent sur des sujets qui me font réfléchir…
    La dernière fois que nous nous sommes rencontrés, c’était à Sageterre, lors d’un cours inoubliable avec Pierre Lussier suivi d’un bon souper en votre compagnie…..
    Je vous comprends tellement concernant vos interrogations pour les traitements du cancer.
    En avril 2016, mon conjoint a eu ce verdict…assez brusque, cancer du poumon stade 4 et qu’il lui restait 2 ans à vivre. Il a pris les traitements et il est décédé le 14 mars 2018…….Durant tous ses traitements, ce n’était plus le même et tout le long je le sentais un peu partir….car il a eu de fortes séquelles qui le rendaient incapable de vivre une vie un peu normale. Alors aurait-il mieux valu vivre la vie un pas à la fois et avoir un peu plus de qualité de vie?????
    On ne le saura jamais car comme vous dites, on ne peu revenir en arrière!!!!!!
    J’aime votre philosophie de la vie et je ne peux que vous dire si j’étais placée moi-même devant cette décision, j’hésiterais aussi….
    Je vous souhaite les plus beaux moments du monde avec les vôtres.XXXXX:)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s