Cahier des heures décisives

Intention de cette série de blogs:

« Qui suis-je? » n’est pas une question sans importance. Si quelqu’un voulait non pas raconter son histoire, mais la part de sa vie qu’il n’a pas simplement subie, la part de sa vie qui est à lui, la part de sa vie qui constitue son existence indéfectible dans la réalité totale, qu’écrirait-il?Pas vraiment un récit, plutôt un cahier des moments qui ont été décisifs et qui reflètent son refus d’être un simple récepteur de chances ou de malchances, un cahier qui, au lieu de dire : « Voici ce que le destin a fait de moi », dirait : « Voici les actes qui me constituent au cœur même des actes qui constituent la réalité totale. »

Certains diront : « Cela n’existe pas. Tout est conséquences, même moi, même toi. » Je connais parfaitement ce discours, et c’est précisément contre lui que j’écris ce cahier.

cc3a9line-fernbach-celine-fernbachgmail-com-2.jpg

Blogue 1: Au commencement

Qui suis-je ?

Je réfléchis devant ma page blanche. Je scrute… Je veux être sincère… Je veux toucher l’essentiel, l’os, taper sur l’omoplate, et qu’il sursaute, surpris qu’enfin je m’intéresse à lui. Qui es-tu, toi qui es moi ?

Des images défilent, des bouts d’histoire… Et puis, quelque chose s’impose d’un seul bloc.

Je suis l’éternel petit garçon encore terrifié par la violence de Montréal. Je suis toujours là, rue Alma, debout dans la cour, stupéfait, à l’ombre de l’érable à Giguère planté par papa. Mon arbre.

Tout à l’heure, Michel, mon seul ami, et moi étions en train de jouer. Sa grand-mère est schizophrène, maman me l’a dit. La vieille dame nous a demandé de poursuivre son mari et de lancer des rondelles de hockey sur toutes les femmes qu’il croiserait. Nous avions réuni cinq rondelles, et nous l’avions suivi jusqu’au premier coin de rue en priant pour qu’il n’y ait pas de femme. Il n’y en a pas eu. Nous sommes revenus, tremblants. Michel est parti. Je suis resté figé, effrayé, ma main crispée sur une rondelle. J’avais peut-être six ou sept ans.

Je n’ai pas bougé de là : la vieille maison délabrée, les « sheds » de tôle, les vieux clous rouillés redressés par papa… Un jour, un homme nous avait poursuivis, Michel et moi, en criant et en nous menaçant de sa hache. Un autre jour, ma deuxième sœur est arrivée en sueurs et en larmes parce qu’un homme l’avait coincée pour la tripoter. Elle l’avait frappé entre les jambes comme lui avait enseigné maman et elle s’était sauvée… Et tant d’autres choses qui semblaient presque normales à tout le monde.

Je vais en raconter d’autres bouts, mais déjà, j’ai l’impression que ce qui donne un sens à tous les événements de ma vie, c’est lui, cet enfant consterné qui trouve qu’ils n’en ont pas.

Advertisements

4 réflexions sur “Cahier des heures décisives

  1. J’apprécie votre façon d’écrire, je devrais dire, de traduire les événements de nos vies. Quand vous les racontez, nous avons l’impression qu’ils sont nôtres. En fait, ce sont les émotions décrites qui sont les mêmes, En toute humilité, j’ai l’impression de redécouvrir des choses qui m’ont faite grandir et que j’avais oubliées à force de croire que j’étais seule à les avoir vécues. Merci à vous.

    Aimé par 1 personne

  2. Des histories de nos enfances sont de justes points dans nos souvenirs pour commencer à colorer notre “ moi”.
    C’est un drôle d’exercise , quelquefois à le faire ao bout de nos forces pour nous revoir dans le fond du mirroir de nous mêmes.

    Aimé par 1 personne

  3. Assurément mon passé m’influence et j’arrive progressivement à y consentir. Ce qui m’aide est de repérer et d’écrire mes sensations d’aujourd’hui liées à celles de jadis.Tout un travail à la Maine de Biran !

    Michel

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s