Projets Sageterre

Actuellement, plusieurs projets ont cours à Sageterre, tous en lien avec notre mission écologique au sens biologique et humain du terme.

31072016-DSCF0407

Le refuge, responsable Nadège

Un poulailler d’une trentaine de poules pondeuses pour nourrir la famille d’abord et pour vendre les surplus. C’est un refuge parce que les premières poules qui y sont arrivées semblaient venir d’une zone de guerre tant elles étaient déplumées.

Maître Canard, responsable Ghislain

Maître Canard est une canarderienovatrice dédiée à l’élevage de canards de chair unique au Québec. Maître Canard vous offre la chance de déguster un produit de qualité supérieure issue d’espèces patrimoniales dans l’objectif de favoriser une agriculture de proximité, de respecter les traditions agricoles québécoises et ce, pour le plaisir des restaurateurs et particuliers intéressés par une expérience culinaire responsable, authentique et recherchée.

Le jardin de la Rivière Hattée, responsable Sabrina

Un jardin et une serre d’été essentiellement pour l’autosuffisance. Mais attention, ce jardin est beau, bien soigné, et étonnamment productif.

Le Jardin des Confidences, responsable Magalie et Boban

Un jardin et une serre d’été essentiellement pour l’autosuffisance, en mettant l’accent sur les tomates et des transformations culinaires pour soi et les siens. Il s’y dégage une intimité qui soigne le cœur autant que le corps.

Kiwi et compagnie, responsable Claire

Kiwi & Cieest un projet-plantule (un nouveau-né) agricole. Ancré dans la « parcelle du nord » à Sageterre, il aura à terme plusieurs vocations qui se dessinent petit à petit. L’essentiel étant les bonnes choses, les choses goûteuses, les belles choses, et les choses qui sentent bon. Un lieu de cultures, un lieu de plaisir le long du chemin.

Poulailler collectif, responsable Mélodie

Une vingtaine de poules pondeuses pour un petit groupe de familles associées pour en prendre soin. L’essentiel ici, c’est l’art de tenter de faire mieux que les poules en matière de collaboration.

Forêt nourricière, responsable Mélodie

Un verger de design permaculture (pommiers, pruniers, cerisiers…) en association avec des arbustes fruitiers et des légumes de potager visant l’autosuffisance.

Les poules du Bic, responsables Carl et Ève

Pour les œufs et la chair.

Espèces d’épices, responsable Tony

Le but du projet est de mettre à disposition des épices produites localement, selon un mode respectueux de l’environnement.

 

Les grands jardins philosophiques, co-responsable Carl et Ève en association avec Jean et Marie-Hélène

Un grand potager principalement de légumes de conservation pour l’autosuffisance et pour desservir la communauté locale.

Égo-Eco, responsable Isabelle

Égo/Éco offre des moments pour prendre du recul et s’inspirer en plein cœur de la nature. Des ateliers et des séjours arrimant mode de vie écologique, agriculture biologique et création artistique pour explorer notre connexion à la nature, se donner un élan et clarifier le rôle qu’on veut jouer dans le développement d’une société durable.

Poil, plume, plaisir, responsable Alexandra et Fred

Des lapins pour le plaisir de les voir grandir, mener une bonne vie, nourrir et nous réchauffer de leur fourrure. Des poules différentes pour la couleur des plumes et parfois, leurs œufs. Et un beau jardin pour transformer les fumiers compostés en légumes.

Advertisements

Éthique des relations humaines

Comme dans toute communauté humaine, les relations forment sans doute le défi le plus déterminant. Ici, je voudrais simplement esquisser ce que je crois souhaitable à partir de discussions qui ont eu lieu à Sageterre.

Jacques-Sageterre Juillet 2012 (32)

Le but d’une éthique des relations entre nous qui formons une petite communauté d’intention, c’est de cultiver un climat de confiancede façon à favoriser le développement de chacun, le développement de chaque projet, et le développement de Sageterre dans son ensemble.

Cela devrait se traduire par :

  • l’ambiancejoyeuse, légère, tolérante de nos rencontres, ce qui n’est pas incompatible avec une franchise non violente;
  • notre capacité à nous dirigervers la mission de Sageterre et vers la réussite des projets;
  • le caractère « organique » du développement de Sageterre et des projets;
  • les bénéficeshumains et matériels de notre collaboration et de nos projets;
  • notre capacité d’ouvertureet de communication avec le voisinage qui nous entoure et la communauté dans laquelle nous sommes;
  • l’approfondissement de « l’esprit » propre à un projet comme le nôtre qui vise l’écologie dans toutes ses dimensions.

 

Comment envisager l’ambiance? Lorsque la confiance est là, on s’exprime plus librement parce qu’on ne craint pas

  • que nos paroles soient réinterprétées et ensuite retournées contre nous, au contraire, on s’attend à des questions qui nous aideront à nous faire comprendre;
  • que si une parole est gauche ou inappropriée, elle ne suscite pas un cercle vicieux de ressentiments, au contraire, la personne visée parlera honnêtement de ses sentiments sans prêter à l’autre des intentions mauvaises;
  • de recevoir des accusations, mais on est capable de recevoir une critique positive…

De plus, la confiance se bâtit sur :

  • Le respect et même l’affection des uns des autres;
  • L’honnêteté sans brutalité;
  • Le fait que les actes seront, le plus possible, cohérents avec les paroles;
  • Une tolérance qui réagit sainement devant ce qui pourrait apparaître intolérable;
  • Un refus de la violence, combattue par une capacité à exprimer son désaccord et même sa colère sans violence;
  • Une bonne ténacité et résilience permet persister malgré les difficultés relationnelles.

 

Comment envisager la fonction de direction? Lorsqu’un groupe est capable de se diriger, c’est qu’il est capable d’atteindre des buts sans perdre de vue les personnes, de réaliser des bénéfices humains et matériels sans perdre de vue l’ensemble des besoins humains et des besoins écologiques du milieu.

Cela suppose :

  • Être capables de réfléchir collectivement sur tous les intrants et les aboutissants avant de prendre une décision;
  • Être capables de matérialiser les décisions par une solide cohérence des actions;
  • Être capables de couvrir toutes les responsabilités par une bonne répartition des rôles;
  • Être capables de reconnaître les zones de responsabilité de chacun et de les respecter;
  • D’assumer chacun nos responsabilités propres tout en étant aptes à percevoir les responsabilités des autres, et aussi celles de l’ensemble;
  • Être capables d’évaluer les résultats humains, écologiques, et aussi les bénéfices concrets des actions.

 

Comment envisager le caractère organique du développement de Sageterre et de ses projets? Le caractère organique d’une organisation collective se remarque parce que :

  • Les relations sont boulées, elles ne restent pas suspendues sur des frustrations, des non-dits, des questions non répondues, etc. ;
  • Les relations ne sont jamais désincarnées, les systèmes relationnels ne sont jamais fermés, mais toujours perçus dans un environnement plus large où le milieu biologique et physique est concerné, ainsi que le milieu social;
  • La notion de « totalité » est toujours présente (le tout n’est pas seulement la somme des parties et de leurs relations);
  • La solidarité et l’entraide entre les personne se fait naturellement.

 

Comment envisager les bénéfices humains et matériels de notre collaboration et de nos projets? Il est très facile de perdre de vue la grande satisfaction de respirer parce que l’air est toujours présent; de même dans un couple ou une communauté, les bénéfices constants et continu peuvent facilement être oubliés au détriment de certains bénéfices que l’on voudrait augmenter.

Pour envisager les bénéfices de façon équilibrée, il est bon de :

  • Fêter ce que nous sommes, ce que nous nous apportons les uns aux autres;
  • Évaluer les acquis avant d’envisager les gains recherchés;
  • Regarder les résultats dans toutes leurs dimensions (écologiques, humaines, économiques…);
  • Évaluer le positif avant d’évaluer le négatif;
  • Ne pas personnaliser ce qui ne va pas;
  • Faire preuve de reconnaissance…

 

Comment envisager notre capacité d’ouverture et de communication avec le voisinage qui nous entoure? Les gens des alentours devraient se sentir bienvenus chez nous tout en respectant certaines règles nécessaires au bon voisinage. Il devrait être nombreux à s’intéresser à ce que nous faisons. Pour réaliser cela, on pourrait :

  • Être à l’écoute de ce que l’on dit et rectifier les fausses rumeurs ou informations;
  • Donner de l’information en utilisant une grande variété de médias;
  • Inviter les gens à certaines de nos activités…

 

Comment envisager l’approfondissement de « l’esprit » propre à un projet comme le nôtre qui vise l’écologie dans toutes ses dimensions? La vie artistique et philosophique d’une petite communauté comme la nôtre est sans doute le meilleur véhicule de son esprit.

  • Ajouter une petite touche originale et artistique à nos projets et à la manière de les faire connaître;
  • Faire connaître nos motivations profondes, ce qui nous fait vibrer dans nos projets et dans nos réalisations;
  • Ne pas craindre d’exprimer la « philosophie » qui nous anime…

 

Ce ne sont là que quelques points, un petit noyau qui devra être complété.