Au régiment

Le principe des liaisons à égale distance a pour propre d’engendrer les plus grandes inégalités.

Fourmis

Au royaume des fourmis en régime de guerre, on entend souvent crier : « À mon commandement, à vos places. Partez, 1, 2, 1, 2, 1, 2… Restez à égale distance, obéissez. » La colonne avance, chacun reste à équidistance de son voisin, imitant les pieds, les bras, la tête et la grimace. Ce qui occupe l’attention. Tant mieux, car il n’est pas utile de réfléchir puisqu’il s’agit de détruire. Arrive cependant le moment où il faut construire.

Au royaume des fourmis en régime de production, la consigne reste silencieuse, mais assez semblable : « Que chacun reste à égal rythme. Observez votre voisin de droite, observez votre voisin de gauche, gardez le rythme. » Et frappe et pousse, et visse et colle… Ainsi s’accumulent tous les produits. Arrive alors le moment où il faut écouler les marchandises.

Au royaume des fourmis en régime de consommation, la règle est évidente : « Que chacun reste à grosseur égale de son voisin de gauche et de son voisin de droite. Le premier qui enfle oblige les autres à se dilater. » Les entrepôts se vident… Vite au travail.

Il en va de même de l’honneur, des avantages, des privilèges… Dans la bousculade, inévitablement, il y a des pieds écrasés, des mains mutilées, des bouches cousues, des hommes humiliés. Qu’importe! Bien tassé et bien écrasé comme le gravier sous le rouleau compresseur, ce monde de dos et d’épaules supporte le pays d’en haut, ses limousines et ses machines.

Comme on n’a pas prévu de freins, la machine s’emballe et avale plus que la terre ne supporte. Il faut donc conquérir soit dans l’espace, sans dans le temps, soit dans le pouvoir, soit dans l’économie. Et pour conquérir, les fourmis entrent en régime de guerre : « 1, 2, 1, 2… » Tant pis pour la terre.

Lorsque Hector était jeune, il allait au collège. Un religieux lui parle du vœu d’obéissance. Plus il en parle, plus Hector salive : une vie mécanique sans le poids des responsabilités, juste suivre la consigne de l’équidistance qui détruit tous les équilibres!

Il fait une année de vœu. Ensuite, il arrive à la ville. À sa grande surprise, on y observe le vœu d’obéissance depuis toujours et bien mieux qu’en religion.

Il s’engage sur une ferme abandonnée et assume la responsabilité de quelques êtres vivants. « Si je prends soin de la vie, se dit-il, je n’imiterai plus l’imitateur, et peut-être que j’apprendrai quelque chose à propos des équations qui intègrent les conséquences. »

Et il a entrepris l’invraisemblable tentative de chevaucher un petit coin du monde.

Advertisements

Une réflexion sur “Au régiment

  1. Les experts en entomologie nous apprennent qu’il y a plusieurs variétés de fourmis : des noires, des jaunes…! Je n’aime pas les noires! Les fourmis, j’entends. Je ne suis pas raciste, car j’ai eu des collègues noirs très attachants. Par exemple : Faïza de l’Éthiopie Mobé Milaiti du Tchad et d’autres. Deux de mes enfants de la grande ville ont dû déclarer la guerre aux fourmis charpentières qui ont subrepticement pris d’assaut un coin de leur maison. Et ça va 1, 2, 1, 2. La paix ne semble pas être pour demain. Elles ont du chien ces fourmis. Nous avons appris à connaitre les fourmis dès notre enfance à l’école primaire où nous devions apprendre par cœur la fable de Jean de La Fontaine : la cigale et la fourmi. Là où je vis, il n’y a pas de cigale. En apprenant de Jean de La Fontaine que la cigale aurait pu, avec ses stridulations, participer au programme américain « du talent à revendre », j’aurais aimé en connaitre quelques-unes. Du moins, celle qui avait chanté tout l’été et qui s’est trouvée fort dépourvue quand la bise fut venue.
    Selon les experts, la cigale ne mange pas de vers ni de mouches et ne vit que le temps d’un été. Apprendre du Jean de La Fontaine, n’est-ce pas fabuler?
    Et j’ai connu des dénommés Hector qui sont de moins en moins nombreux Par qui les remplacer?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s